Contribution de Olivier Tihy (sympatisant) :

Remettre les Caennais et les Caennaises au cœur de la politique municipale en partant des principales préoccupations de chacun :

Ainsi, je pense que le pouvoir d’achat de chacun doit être pris en considération au niveau de la commune et dans la mesure où elle est légitime pour agir : les principales dépenses de chacun concernent les fonctions suivantes : se chauffer, s’éclairer, se déplacer, rester en bonne santé, se loger, se nourrir…

Ainsi les 1000 bâtiments municipaux offrent une superficie considérable pour des panneaux photovoltaïques dont la production électrique pourrait bénéficier aux foyers ayant des difficultés à payer leurs factures et dans le cadre de la loi sur “l’auto-consommation”. Voilà comment retrouver du pouvoir d’achat en bénéficiant d’électricité sans taxe pour se chauffer et s’éclairer puisque la production d’électricité en auto-consommation bénéficie d’exonération de taxes par la loi.

Pour avoir travaillé quelques années dans l’agglomération de Compiègne, j’ai constaté que les transports par bus étaient gratuits depuis plus de trente ans, je trouve ce principe excellent pour réduire la circulation automobile, développer les transports collectifs et réduire la pollution atmosphérique.

Pour compléter le dispositif, l’ensemble des bus passeront à l’hydrogène et à l’électricité ainsi que le parc automobile communal pour aller plus loin que la loi mobilité en cours de préparation à l’assemblée nationale.
L’hydrogène sera produit localement dans une économie circulaire à partir, notamment, des déchets produits par l’agglomération. Par extension, l’hydrogène sera proposé aux entreprises locales sur la base d’un prix correspondant à 1€ le litre de diesel pour inciter à passer à un mode de transport propre pour les véhicules professionnels. Les véhicules de livraison devront passer, aussi, à une énergie propre ainsi que les véhicules de collecte des ordures ménagères. Il faut diminuer au maximum les émissions atmosphériques des véhicules, notamment, quand on a une politique de développement des déplacements en vélo dont les utilisateurs, jusqu’à présent, croyant bien faire pour leur santé respirent de grosses quantités de particules fines cancérigènes et de gaz carbonique au milieu de la circulation automobile.

Les espaces verts seront développés sans utilisation de désherbant chimique et en limitant l’utilisation de l’eau par l’utilisation d’hydro-rétenteur naturel produit à partir de bois des forêts communales. On développera, ainsi, l’utilisation du BIOCHAR dans les sols et l’utilisation du vinaigre de bois à la place du GLYPHOSATE.
Les surfaces de l’ancien camping municipal seront utilisées pour la production de légumes BIO à destination des cantines scolaires gérées par la commune.
L’isolation des locaux communaux et des logements sociaux dépendant de la commune devra être accentuée pour réduire la facture énergétique de la commune et des locataires du parc locatif social dépendant de la commune.

Visits: 14